La série d’interviews Automne reprend. Après une superbe surprise avec Blaise Jourdan, écrivain, proposé par Neil Jomunsi, nous continuons la balade en sérendipité avec l’équipe de La piscine, revue graphique et littéraire, soufflée par Thierry Crouzet.

La piscine ?

La Piscine est née en juillet 2015. C’est une revue graphique et littéraire à lire en diptyque et tête-bêche. Deux côtés, une face A et une face B à retourner comme nos beaux vieux disques vinyles. Se retourner : c’est ce que l’équipe des maitres-nageurs de La Piscine propose. Se retourner et se retrouver au fond des eaux comme à la surface grâce à la littérature et aux arts graphiques qui nous et plaisent à nos lecteurs.

Nous : ce sont quatre personnes autour d’un projet simple et ambitieux. Diffuser la création contemporaine dans une publication épurée mais riche, simple mais intelligente, belle mais exigeante et qui se veut aussi légère que profonde comme un après-midi d’échanges entre amis au bord de l’eau. Nous sommes quatre, Louise, Philippe, Christophe, et Alain, à vouloir transmettre ce qui nous anime : la beauté de la langue et l’excitation de l’iris.

La revue publie tout genre de littérature et d’arts visuels sans restriction ni dictât. De façon non-exhaustive, il y a de la place pour de la poésie contemporaine, de la prose poétique, de la fiction ou de la non-fiction autant que pour les arts graphiques au sens large (dessins, photographies, gravures, BD, street-art, etc.) Nous nous réservons le droit de ne publier que ce que nous trouvons cohérent dans un ensemble. Il se peut donc qu’un ou plusieurs genres mentionnés plus haut ne soient pas inclus dans tel ou tel numéro.

La Piscine est ouverte. Les auteurs et artistes peuvent y venir quand ils le souhaitent nous proposer des textes, des œuvres et répondre aux appels à contributions. La Piscine existe pour faire connaître ces créateurs-là qui n’ont pas nécessairement la visibilité qu’ils méritent.

Les maitres nageurs ?

Alain Mouton (Photographe-plasticien )
Christophe Sanchez (Auteur )
Louise Imagine (Propriétaire de la Cyprière où se situe La Piscine, auteur, membre du comité éditorial de Publie.net, Photographe
Philippe Castelneau (Libraire, auteur, photographe)

A quoi reconnait-on un lieu sans âme ?

Ces lieux sont partout en définitive : tours d’immeubles, bureaux dits « open spaces », centres d’appels, parkings de supermarché, zones industrielles, usines désaffectées, salles d’attente, cabinets médicaux, halls d’accueil, maisons abandonnées, rues, lotissements en construction, jardins publics, aires d’autoroute, chantiers en cours : lieux transitoires et fonctionnels, mais aussi lieux d’errance.
Le but dans notre numéro sur « l’âme des lieux sans âme » fut donc de présenter le regard des auteurs, photographes et artistes sur ces lieux. De démontrer que lorsque le quotidien s’enraille, pour qui sait regarder, les murs cachent d’autres murs, invisibles au premier coup d’œil. Que derrière le banal se dissimulent la magie et le mystère. La vraie vie.

Une influence ou une référence à la base du plongeon ?

Nos influences sont diverses mais nous nous sommes trouvés sur un point de ralliement précis. Faire découvrir les auteurs et artistes que nous côtoyons tous les jours, sur le web ou ailleurs, donner la parole à ce qui est en train de se créer, une parole littéraire et artistique contemporaine.

Vous lancez une revue papier sans version numérique. Pourquoi ?

Nous œuvrons tous les quatre dans le numérique. Certains ont même publié dans ce format. Nous n’excluons pas plus tard de présenter une version numérique mais dans un premier temps, nous souhaitions, outre tout ce qui est dit plus haut, présenter un bel objet de qualité. Une revue qui s’approche d’une revue d’art avec une exigence de qualité (couverture sur offset 250g/m², pages intérieures offset 120g/m², dos carré cousu).

Votre ambition pour la suite de La Piscine ?

Des centaines de numéros ! Mais aussi diversifier nos publications au sein de l’association La Cyprière, éditrice de la revue. Organiser des expositions autour de La Piscine, des événements, des lectures, des dédicaces etc.… Et également, dans un avenir proche, devenir une véritable maison d’édition de littérature et d’arts graphiques en gardant cette exigence de qualité dans la confection de nos ouvrages.

Jacques Brel a dit « Le talent c’est d’avoir envie de faire des choses, le reste c’est de la sueur ». Un avis ?

Philippe : Disons que si l’on veut progresser dans quelque chose, il faut du travail, de la rigueur, de l’engagement et une bonne dose d’abnégation.
Alain : Et comme dit si bien Jean-Claude Van Damme “Le talent, ça se travaille, mais ça ne se perd pas.”
Louise : Je dirais que notre souhait de partager, d’échanger, de donner à connaître et ressentir donne des ailes ! Quand nous recevons de si belles contributions, il est impossible de ne pas avoir envie de les défendre et de les diffuser !

Une publication ou un livre inconnu* à nous faire découvrir ?

Christophe : Ce n’est pas inconnu, loin de là, mais peut-être aujourd’hui un peu oublié : Les autonautes de la cosmoroute de Julio Cortázar et Carol Dunlop, 1983, Collection du monde entier, nrf/Gallimard
Louise : Là aussi, loin d’être inconnu, mais son écriture – forte et poétique – est peut-être moins sous les projecteurs actuellement : Le Dit de la Terre Plate de Tanith Lee, pour les amateurs du genre (je préviens c’est de la Dark Fantasy).
Philippe : Daily Fiction d’Albéric d’Hardivilliers et Matthieu Raffard aux éditions Ateliers INS. D’Hardivilliers imagine de courtes fictions, une page, parfois deux, à partir des photos de Raffard, prises à Brooklyn, Paris ou Odessa. Un très beau livre.
Alain : Entretien avec Fabienne Verdier – Charles Juliet aux éditions Albin Michel

Un.e auteur.e inconnu.e à nous faire découvrir ?

Pour rebondir sur le propos de Thierry, il faudrait effectivement dire « auteur méconnu » plutôt qu’inconnu, ce serait plus juste. Quatre noms, puisque nous sommes quatre :
– Christophe : Dominique Boudou
– Louise : la philosophe Isabelle Pariente Butterlin
– Philippe : le poète Emmanuel Laugier
– Alain : les auteur(e)s que nous publions dans la revue (ceux pour qui c’est le premier « plongeon »)

Une question qu’on ne vous jamais posée ?

Celle-ci !

Le volume 2 de La Piscine sera à base de coïncidence, ça tombe bien, cette série d’interviews repose sur la sérendipité. Thierry Crouzet a proposé votre revue. Alors après, j’interviewe qui ? Vous pouvez mettre deux ou trois personnes (ou plus si le cœur vous en dit).

Roxane Lecomte
Le collectif L’air Nu
Philippe Aigrain
Sabine Huynh

* comme le fait remarquer Thierry Crouzet, si vous connaissez ce n’est pas totalement inconnu mais vous voyez l’esprit

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone