Et hop, encore une demi année d’écoulée. Ça passe tellement vite que je vais finir par rater une année si ça continue. En attendant, et faisant suite au petit bilan du 20 avril dernier, il est temps de préparer la suite !

ecrivain

« Mon collègue est un robot »

Le livre est sorti, il est beau, il est bien. Une interview sur Europe 1, une sur LCI, une autre sur RTS et des papiers sur « A nous Paris », challenges, management, planète robots et quelques autres ici ou là. Les retours sont très bons. J’ai même reçu des emails spontanés profondément touchants. La vulgarisation avec un angle, c’est mon truc. Après, on voudrait toujours plus. Les libraires semblent avoir eu du mal à savoir où le mettre. Je l’ai vu en informatique alors que c’est un livre de société, mais j’ai aussi entendu « On peut pas le mettre en société, le livre est drôle ». Et Le marketing (sans s’emmerder) partait déjà de ce constat. Pourquoi faut-il absolument être chiant, pontifiant, lourd lorsqu’on évoque des sujets importants. Donc ça me frustre à court terme, mais à moyen et long terme, cela confirme le boulevard qu’il y a sur ce mode là. Bref, je suis content de ce livre, j’ai appris pas mal de chose pour la suite et j’espère qu’il connaîtra une deuxième vie en ligne.

PS: d’ailleurs, pour aider cette deuxième vie, vous pouvez aller voter sur amazon. Je le constate pour mon premier livre, ça fait une vrai différence.

Les refaits Divers

Je me suis énormément éclaté à écrire ces histoires et à lire et relire celles de mon camarade Antony. Nous avons maintenant 22 nouvelles qui forment vraiment un recueil unique, un truc sorti de nulle part, totalement improbable : drôle et cocasse lorsque Antony se lâche, glaçant ou désespérant lorsque je m’y colle. Le résultat me parait plus qu’honorable – je sais, un écrivain qui se félicite de ce qu’il écrit, c’est un peu comme quand on rit trop fort à ses propres blagues, vulgaire. Mais je peux au moins parler pour les nouvelles d’Antony. Qui sont de petits bijoux. Et nos styles se complètent bien. Se pose donc la question du recueil. Le faire nous-même ou chercher un éditeur ? Pas encore tranché. On vous en reparle à la rentrée.

Et maintenant ? Et après ? Alors, je vais me faire une petite retraite Milanaise pour peaufiner tout ce qui reste en suspens, à savoir :

La suite des robots

Ben oui, faut pas se reposer sur ses lauriers. J’ai trouvé un angle qui va bien (merci monsieur Orwell), j’ai (presque) terminé le premier jet mais j’ai beaucoup de boulot pour que le niveau soit conforme à ce que je juge acceptable. Après un démarrage poussif, je pense avoir trouvé le bon ton et la bonne histoire. On suivra le parcours d’un type qui commence à la fin de « Mon collègue est un robot ».

Les nouvelles noires

Je l’avoue, ces nouvelles sont un peu mon fils préféré. J’y reviens très régulièrement, j’en écris une ici, j’en ébauche une autre là. Mais avec 60 nouvelles presque finies mais pas finies quand même, je commence à m’y perdre. D’où le besoin de prendre du temps pour relire, réécrire pour que la saison 2 puisse démarrer rapidement. Les commentaires que je reçois, notamment sur wattpad, sont très motivants mais ajoutent un peu de pression. Vous jugerez du résultat dans quelques semaines. Pour voter, c’est .

Le deuxième roman

Après « Une tarte dans la gueule« , j’ai continué dans la veine polar mais j’ai totalement laissé tomber la partie fun. Ce sera une sombre histoire de vengeances. Un truc bien noir, bien glauque. Difficile de prétendre à l’originalité lorsque l’on écrit un polar, mais je pense avoir atteint mon but. Je vais chercher un éditeur dès la rentrée. Du coup, ça va décaler un peu la publication. Plutôt 2017.

Pulp

C’est pas une nouvelle, c’est pas non plus un roman, c’est un pulp. Une histoire complètement con, défouloir jouissif pour moi, qui le sera peut-être pour le lecteur. De quoi ça parle ? D’un mec énervé après les hommes politiques. Mais genre TRÈS énervé. Encore du boulot dessus mais ça devrait voir le jour fin 2016, début 2017.

Les scénarios

Je participe à un concours de scénario et je dois rendre le synopsis le 11 juillet. Une histoire de science fiction.

Et après ? En rentrant de Milan, je verrais où j’en suis et je lancerai la machine pour la suite mais on en reparlera. D’ici là, bonnes vacances ! Et s’il vous manque un de mes ouvrages pour partir en vacances, la bibliographie vous attend.

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone