Il y a deux mois je décidais de soumettre une nouvelle à un appel à textes pour la première fois. Et j’ai choisi l’Indé Panda parce que le numéro 1 m’avait bien plu. Visuel travaillé, présentation soignée et nouvelles de qualité, ce qui n’est pas toujours le cas dans la galaxie des autoédités. Je soumis donc « La dent », ma première nouvelle. Et quelques semaines plus tard, je reçus une réponse positive. Et le numéro 3 de l’Indé Panda est là. Je n’ai pas encore tout lu mais voici déjà mes retours sur les premières nouvelles au menu :

IndePanda3Éternicide – SAID

Si vous avez aimé « Un Monde Meilleur« , les 20 nouvelles qui composent le volume 2 des « Nouvelles Noires Pour Se Rire Du Désespoir« , vous allez adorer cette nouvelle dans le même esprit. Une réussite.

Bon Dieu Bourdieu ! – Nicolas Chevolleau

Une histoire de vacances en Ford Escort qui fleure bon la nostalgie, un peu loufoque.

Le destin de Dvalin – Stéphane Arnier

J’avoue, j’ai moins accroché à cette histoire mais elle n’est pas mal écrite ni rien, juste pas trop ma came.

Willy – Céline Saint-Charle

Pour l’instant ma préférée avec « Eternicide ». Une histoire sur plusieurs niveaux qui se passe au 19ieme et au 20ieme siècle, lente mais passionnante. Originale et très bien écrite.

Citius Altius Fortius – Bouffanges

Peut-être la nouvelle la plus fort de tout le magazine. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas déflorer le sujet mais très intense.

Les étudiantes fauchées ne prennent pas le taxi – Caroline Giraud

Une nouvelle désespérante parce que, eh bien, elle ressemble beaucoup à la réalité. J’avais chroniqué le roman de Caroline Giraud « La loi de Gaia » et le hasard nous amène dans le même recueil de nouvelles.

Le Coin des curieux – Didier Betmalle

L’ambiance est sympa, et le côté absurde ou disons impossible résonnera peut-etre pour certains lecteurs avec les Nouvelles noires pour se rire du désespoir.

Mes petits chéris – Khalysta Farall

La seule nouvelle à laquelle je n’ai pas accrochée. Trop convenu à mon sens et sans surprise.

La couturière et l’oiseau – Nathalie Bagadey

Une courte histoire, bien amenée, légère et subtile.

Le plus beau métier du monde – Jeanne Sélène

Chers lecteurs – Jean-Christophe Heckers

Les autres micro critiques arrivent rapidement. En attendant, vous pouvez vous procurer l’Indé Panda partout !

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone