Ce vendredi, j’ai publié sur les refaits divers, la nouvelle de la semaine : « Un marathonien stoppé au taser« . Une histoire inventée à partir du titre.  Et je me suis aperçu que c’était ma trentième nouvelle publiée depuis le 22 août dernier et « La dent« . Petit retour rapide sur ces trente nouvelles qui vous donnera peut-être envie d’en découvrir quelques unes.

NouvellesNoiresVol1 - Le goût de la vie

16 nouvelles toutes plus noires, surprenantes les unes que les autres.

  1. La dent | Je me suis beaucoup marré à écrire cette histoire d’un écrivain très malchanceux. La suite est prévue pour la saison 2 des nouvelles noires.
  2. L’écrivain qui n’écriait rien | Deuxième nouvelle moins drôle sur un écrivain qui cherche le calme nécessaire à l’écriture. Noir, très noir.
  3. Une météo particulière | Je n’aime pas les discussions sur la météo. Ca se ressent légèrement dans cette nouvelle énervée.
  4. Un enfant de l’amour | Premier changement de ton pour cette histoire d’un couple qui cherche à adopter.
  5. Un mal de chien | Retour aux personnages énervés. Contre les chiens cette fois-ci. Une colère qui ne lui portera pas chance…
  6. Son héros | Les histoires d’amour finissent toujours mal.
  7. La greffe | Il pourrait être le personnage d’un mal de chien ou d’une météo particulière, en plus alcoolique. D’ailleurs, qui sait. Contient une connexion avec mon premier roman « Une tarte dans la gueule« .
  8. Un dernier espoir | Etre juif sous Hitler et se réveiller dans la peau d’un nazi. Mais pas n’importe quel nazi.
  9. Le goût de la vie | Assurément une de mes nouvelles préférées. « Grâce aux femmes, j’ai repris goût à la vie. Non, j’ai pris goût à la vie. Rien, jamais ne m’avait inspiré. Plus de trente ans sans envie ».
  10. De vrais jumeaux | Des frères jumeaux qui s’aiment beaucoup, beaucoup. J’aime bien raconter des histoires impossibles sur un ton normal. De la littérature de genre avec un ton de littérature blanche.
  11. Le sourieur | Après le 13 novembre, je suis resté quinze jours sans écrire une ligne. Et puis cette histoire est arrivée et j’ai senti le besoin de la raconter. Un petit peu d’espoir dans un monde dévasté.
  12. Le brouillon | Je crois bien avoir raté cette histoire. Je la réécrirai peut-être ou j’en ferai une nouvelle version.
  13. S’il n’en reste qu’un | Le retour du type énervé mais qui entend des voix ce coup-ci.
  14. Ils allaient mourir | Je voulais finir le volume un des « nouvelles noires pour se rire du désespoir » sur une belle histoire. Alors bien sûr, le titre laisse peu de place à l’espoir mais je pense avoir réussi mon coup.
  15. Une drôle d’odeur | Une nouvelle inédite, disponible uniquement dans le recueil 1 « Le goût de la vie« . Un type entre dans un bar avec un sac dans lequel il y a un fromage qui sent très fort.
  16. Ridicule | Deuxième nouvelle inédite du recueil 1. Un type s’énerve tout seul dans un train.
  17. Bonne année | J’avais prévu de faire un break après la parution du recueil mais cette nouvelle s’est imposée et surtout son début « Bonne année, bonne année bande d’enculés ».
  18. Le calvaire de deux ex-acteurs pornos devenus chauffeurs de bus | Premier refait divers. Le concept ? On invente une histoire à partir du titre d’un fait divers et du titre uniquement. Une version très noire. Mon camarade Antony Foret a livré une version nettement plus amusante.
  19. Couv Refaits Divers SDFrustrés de n’avoir rien à voler, ils mettent le chat au micro-onde | Première nouvelle publiée à ne pas être à la première personne. J’ai cherché à prendre mon temps. Et me suis bien amusé avec ces losers.
  20. L’homme avait un pénis piquant | Il arrive qu’on me demande où je vais chercher ces histoires. Et je sens bien parfois une certaine gêne, genre « t’es complètement malade ! ». Attendez la saison 2 des nouvelles noires…
  21. Il met le feu à  son immeuble en tentant de changer ses excréments en or | Je poursuis dans les textes à la troisième personne. Toujours un loser, mais un vrai de vrai.
  22. Après un coma, le skinhead se réveille gay et devient coiffeur | Plongée chez les nazillons pour une histoire qu’un lecteur a trouvé trop « politiquement correct ». Et à la relecture, je suis assez d’accord. J’ai cherché à dépeindre des pauvres types fascisants et je ne me suis pas trop écarté des a priori.
  23. Le bûcheron de l’amour attaque sa femme à la hache | C’est en fait la première nouvelle écrite à la troisième personne mais la première publiée. Pour changer, j’ai mis l’accent sur la poésie du personnage. Pas grand-monde n’a suivi mais je reste content du texte. Et surtout j’ai commencé à réfléchir, écrire en tant que narrateur. Et il me semble avoir beaucoup progressé avec ce nouveau mode d’écriture.
  24. Un week-end familial | Une histoire initialement prévue pour les refaits divers qui finira dans les nouvelles noires. Assez glauque.
  25. Il fait deviner à ses salariés qui sera viré le premier | Retour à me premières amours avec le personnage barré et salaud, à la première personne. Jouissif.
  26. Un prêtre brise une statue du Christ : “Une de moins !” | Antony a aussi écrit sa version et encore une fois la sienne est aussi drôle que la mienne est noire.
  27. Déguisé en Père Noël …| Ecrire alors que la chute est dans le titre est un exercice intéressant mais parfois compliqué. Pour ce texte, je voulais garder un semblant de suspens. Mais les premières lignes sont tellement noires qu’on sait tout de suite ce qui va se passer. Il s’agissait du texte dont j’étais le plus satisfait. Et lorsqu’un écrivain est satisfait, il a vite tendance à se la raconter. Heureusement pourrait-on dire, presque personne n’a lu ce texte, et parmi les rares qui l’ont lu, aucun n’en a rien pensé. Un retour sur terre de bon aloi qui oblige à travailler plus.
  28. Le petit Adolf Hitler est retiré à ses parents | Peut-être que là aussi j’ai été trop politiquement correct. Je ne mettrais pas cette nouvelle dans mon top 5 même si je continue à aimer explorer les tarés et les losers.
  29. Le couple se marie à nouveau après le changement de sexe de monsieur | Une histoire que j’aime bien mais je crois que j’ai trop envie qu’on aime les personnages, qu’on respecte ce qui leur arrive pour m’éloigner des sentiers battus. Je vais y réfléchir pour la suite.
  30. Un marathonien stoppé au Taser | Trentième nouvelle donc et dernière de la saison un des refaits divers. Avec deux personnages qui monologuent en parallèle. une forme que j’ai réutilisée pour mon deuxième roman.

Si vous avez une nouvelle préférée, dites-le moi !

PS: et pour la suite, ça arrive bientôt…

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone