C’est vrai ça, tout le monde parle des robots, mais c’est quoi un robot ? Je pourrais vous renvoyer à wikipedia ou à de multiples définitions absconses et compréhensibles des seuls initiés, car les initiés aiment bien être les seuls à se comprendre. Mais pas de ça par ici : du simple, de l’intelligible avec un petit extrait de « Mon collègue est un robot ».

La réponse semble évidente. Elle est pourtant plus complexe qu’il n’y paraît, chacun ayant sa propre définition. J’ai obtenu un « master automatisation des systèmes complexes » en 1998, à une époque où un robot ressemblait à ça :

01 Honda_P3_front_Honda_Collection_Hall

Le robot Honda Série P3

En 2016, admirez le look d’un robot :

Honda Asimo

Le robot Honda Asimo

Rien de nouveau sous le soleil. Dans les deux cas, des morceaux de plastoc mal collés entre eux avec un vieil écran de télé posé dessus.Pourtant tout a changé, tout s’est accéléré. « Mon collègue est un robot«  aurait été de la pure science-fiction, il y a quinze ans. Aujourd’hui, il frise le documentaire.

Pour faire court, disons, qu’un robot en 2016, c’est à peu près :

  • Des capteurs pour repérer le monde qui l’entoure : capteurs visuels (caméra), sonores (micro), olfactif, vibratoire, calorifique.
  • Un processeur pour interpréter toutes ces données et piloter le robot. Ce qu’on peut qualifier d’intelligence artificielle.
  • Des actionneurs qui en recevant les ordres du processeur vont faire agir le robot en conséquence.

Je vous la refais en français : un robot évolue dans un environnement et selon les circonstances, il peut agir, réagir voire même partir en courant ou se débrancher si ça craint trop pour son plastique.

Ensuite, autour, vous mettez ce que vous voulez : une tête, des pieds, ou pas grand-chose. Certains robots que nous rencontrerons dans ce livre n’ont d’autre existence que virtuelle, ne ressemblent donc à rien. Ils n’en sont pas moins des robots.

À ce stade, vous allez me demander : quelle est la différence entre un robot et un automate ?

Un automate est une machine automatique, qui fonctionne de manière à peu près autonome. Il répète des gestes, un comportement préétabli et ne peut pas le modifier. Le robot, lui, peut interagir avec son environnement, apprendre, et modifier son comportement. Prenons l’exemple d’un automate et d’un robot boxeur. Si l’automate est programmé pour donner des gauches, il continuera à vous en balancer même si vous les évitez super bien. Le robot, lui, au bout de quatre gauches ratées s’apercevant que vous esquivez super bien les gauches, vous balancera un uppercut tysonnesque.

Si ça vous parle, vous pouvez découvrir d’autres extraits sur cette page (et vous pourrez même l’acheter, c’est fou).

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone