Après l’argument « La technologie a toujours créé des emplois donc elle continuera », lorsque l’on gratte un peu et que ce point tombe aussi, il reste une cartouche à ceux qui ne s’inquiètent pas de la robotisation, car leur avenir n’est pas en cause (en tous cas pas tout de suite), la fameuse FORMATION.

Formation, le mot est lâché, vous pouvez arrêter de vous inquiéter puisque y’a k’a fokon la formation et la robotisation pourra être accueillie comme le messie qu’elle est pour ces apôtres de l’aveuglement.

Camarade, nous sommes en 2017, ça fait à peu près 30 ans que la formation est sortie comme la solution miracle à TOUS les problèmes d’emplois en France – et ailleurs.

Dans les faits ?

Regardons, de manière grossière j’en conviens, le bilan de la formation en France :

  • 32 milliards d’euros, en 2012 parce que c’est tellement le bordel qu’on n’a pas de chiffres plus récents.
  • Ceux qui en bénéficient le plus sont les cadres, les actifs. Le moins ? Les ouvriers, les jeunes et les chômeurs.

Donc déjà, on avance un système qui en France favorise ceux qui en ont le moins besoin et on s’appuierait dessus pour aider ceux qui vont en avoir le plus besoin. C’est un peu comme mettre un vaccin contre la rage des chiens dans de la pâté pour chat, ça doit fonctionner sous certaines conditions, mais je ne parierai pas sur le succès.

Donc, amis optimistes, vous proposez comme arme ultime pour l’emploi un truc qui ne marche déjà pas.

Mais je vous entends : « Oui, bah y-a qu’à réformer la formation, c’est d’ailleurs ce qu’on propose ».

Alors admettons, admettons qu’au lieu d’utiliser la formation uniquement pour fausser les statistiques du chômage, on prenne vraiment cette activité au sérieux, je vous le demande :

À quoi allez–vous former ces 6 millions de chômeurs et les 3 autres qui attendent dans les starting blocs de l’automatisation ?

Allez-y, soyez créatifs, donnez-moi, juste UN métier qui dans 5 ou 10 ans permettrait de dégager plus de 50 000 emplois ? Allez, j’attends ?

Attention, ne me sortez pas un métier dont les besoins en personnels sont déjà couverts par les écoles ou formations existantes hein, non trouvez-moi UN métier dont le solde d’emploi sera +50 000 SI on forme les gens, puisque la formation est la solution…

Rien ? Alors regardons certains métiers qui ne connaissent pas la crise aujourd’hui, on a :

  • Analyste programmeur. Oui et il y a genre 5000 écoles qui forment des analystes programmeurs. On va en créer 1000 de plus ?
  • Carrossier. Ben voilà, on va former les gens à devenir carrossier et le problème du chômage est réglé.
  • Ambulancier. Faut rendre les gens plus malades et on est sorti de l’auberge.

Mais c’est le présent, admettons pour le futur, c’est quoi les métiers du futur ? Mais vous allez peut-être m’en trouver un, ok, ça fait 50 000 nouveaux emplois, mais les 8 millions 950 000 autres chômeurs ? J’entends votre mépris :

  • Mais mon pauvre monsieur, c’est terminé les métiers qui pourvoyaient du travail pour des dizaines de milliers maintenant il faut s’adapter d’où l’importance de la formation.

OK, on tourne en rond, mais c’est pas grave.

6 à 9 millions de chômeurs qui doivent trouver du boulot grâce à vos nouveaux métiers, chaque métier permettant de faire travailler disons 10 000 personnes. Ça nous donne donc 900 métiers. Allez disons même que 500 métiers dont les besoins ne sont pas couverts par les écoles existantes – bah oui, sinon, c’est pas de jeu.

500 métiers pour dans 10 ans ou 20 ans, vous allez bien être capables de m’en citer une petite dizaine ? Allez-y j’attends.

« Mais on ne peut pas savoir, justement, ce sont de nouveaux métiers ».

OK, mais on saura quand ? Ça fait dix ans que j’entends ça… Et toujours rien. Les nouveaux métiers qui sont apparus piochent dans le vivier existant des écoles, pas au fin fond de Pôle Emploi.

Et c’est aussi ce que vous oubliez dans votre « diagnostic » : vous êtes bien planqués, entre deux repas d’affaires, et vous décidez pour les gens de ce qui est bon pour eux et de ce qu’ils doivent faire. Mais ça ne vous concerne pas.

Votre caissière là, vous croyez qu’elle est caissière par passion ? Elle est caissière parce que peut-être elle a dû arrêter ses études pour s’occuper de sa grand-mère, ou qu’elle était mauvaise à l’école et quand elle s’est révélée vers 22 ans pour l’architecture , il n’y avait plus d’argent dans sa famille pour reprendre des études, ou elle n’a trouvé que ça et vous pouvez aligner des centaines d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec « Bon, alors maintenant j’ai fait caissière, et si demain, je faisais ingénieur agronome* ».  Et lorsque vous êtes caissière, en général, chaque centime compte. Alors vous retrouvez à faire 6 mois de formations en touchant 20% de salaire en moins, c’est tranquille quand on tourne à 7000€ par mois, un peu plus tendu lorsque qu’on fait 28 heures par semaine au Leclerc du coin pour 850 euros par mois.

Il y a 9 millions de pauvres, qui sont les plus touchés par l’automatisation, vous croyez qu’ils peuvent en plus se permettre de perdre une partie de leur thune pour se former ? Qu’ils en ont le temps pour ceux ou celles qui s’occupent de leurs enfants à côté ? Surtout pour leur promettre du vent ?  J’ai pris caissière car c’est un de ces métiers qui va disparaitre et si mon exemple est un peu caricatural j’en conviens, il est plus proche de la réalité des 9 millions de pauvres que vos plans sur la comète qui n’engagent que les autres.

Votre idée est surement très bonne pour les cabinets de formations qui réussiront à tromper plein de gens bien intentionnés à Pôle Emploi, mais comme solution à la disparition de l’emploi, dans un monde capitaliste qui appuie de plus en plus sur les faibles, votre « solution » s’apparente à éteindre un incendie à coup de canon : c’est bon pour les marchands de canons, moins pour les gens qui commencent à cramer, mais comme ça fait plein de bruit et plein de poussière, faut attendre que tout ça retombe pour comprendre qu’on s’est fait escroquer.

PS : j’ai pris des sources que j’utilise rarement histoire de montrer que je ne suis pas sectaire, mais on peut en trouver beaucoup d’autres qui pointent à peu près la même chose

* je ne parle pas de capacité ou incapacité hein, c’est un autre sujet

 

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone