Depuis que j’ai commencé à faire des recherches pour écrire « Mon collègue est un robot« , je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu ou lu « Les robots ne pourront jamais » faire ceci ou cela. Et chaque fois, quelques années, mois ou parfois semaines après, ils peuvent. Cela m’a donné envie de répertorier tout ce que les robots ne pourront jamais faire et d’ajouter, au fur et à mesure, les premiers tests ou succès dans chaque domaine. Si vous avez d’autres exemples, écrivez-moi ou laissez un commentaire.

Se déplacer

OK, vous arrivez un peu tard. Les robots, comme les enfants, ont commencé à se mouvoir il y a déjà un paquet de temps. Que ce soit Elektro et son clebs vers 1937 ou Shakey en 1969. Bref, les robots peuvent se déplacer depuis longtemps. Aujourd’hui, ils font plus des trucs comme ce Morphex.

Marcher

Avant de parler, un humain marche alors pour les robots, c’est pareil ? A peu près. Eric fut un des premiers robots à se mouvoir. Il fit une apparition remarquée en 1928 en Angleterre.

OK, cette boite d’aluminium ressemble plus à un automate. Pour le premier robot bipède, à se déplacer comme un grand, il y a Wabot de l’université créé par l’université de Waseba au Japon. Et il marche à l’énergie solaire s’il vous plait !

Parler

Pour toute personne qui suit de près ou de loin l’actualité des robots, c’est un nom événement. Les robots parlent depuis très longtemps. Depuis Erik et Elektro d’ailleurs. Et sinon on voit souvent Sophia en ce moment, mais encore une fois, ce n’est plus une prouesse depuis longtemps.

Converser

Mais ok, parler c’est une chose, converser c’en est une autre. Mais il y a tellement de robots capables de parler aujourd’hui. Siri, l’assistant d’Apple mais aussi des nombreux robots au Japon -et ailleurs- et ce petit hybride franco-japonais, Pepper, qui renseigne les usagers en gars de Nord-sur-erdre. Lorsque les robots discutent à Nord-Sur-Erdre, on peut supposer qu’ils ont déjà conquis le monde entier… Même s’il faut l’avouer, sa conversation reste bien chiante pour le moment.

Courir

Et c’est vrai que lorsqu’on voit Asimo, un robot de Honda marcher comme un petit vieux sous acide, on se dit qu’ils ne pourront jamais courir les robots. Et puis arrive Wildcat de Boston Dynamics ou Google. Mais dès 2009, et même avant, les robots humanoides courraient.

Conduire

Grand classique ! En 2015 encore, alors que les preuves étaient là, la discussion finissait toujours par « oui mais il y a quand même un humain à côté », « oui mais c’est en test », « oui mais il ne pourront jamais conduire dans des villes normales ». Aujourd’hui, entre Uber qui démarre à Pittsburg, Navya la startup française qui déploie son mini bus à Lyon et les premiers taxis sans chauffeurs qui roulent à Singapour depuis Août 2016. La messe est dite. Et la généralisation pourrait arriver plus vite que prévue. Sans parler de Google et Tesla ni tous les autres…

Faire à manger

Il y a déjà tellement de robots sur le marché pour faire à manger, que je ne sais pas par où commencer. D’abord les robots qui ont vocation à remplacer les employés de fastfood et font peser le risque d’un armageddon de l’emploi. Voici donc Flippy qui a commencé à bosser en avril 2017.

Mais je vous vois venir, vous allez objecter que vous, c’est les pizza ! Qu’à cela ne tienne :

Et puis il y a une deuxième catégorie, plus tournée restauration classique et/ou robot de cuisine. Mais là aussi, c’est possible. Et certains robots apprennent des recettes de cuisine en regardant youtube…

On continue ? Je mettrai à jour la page à chaque fois que je verrai un « Les robots ne pourront jamais faire ceci ou cela » et que je trouverai le robot qui le fait déjà.

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone