J’en ai plein les bottes des articles sur « les robots ne vont rien changer pour votre boulot » écrits par des gens tellement enfermés dans leur petit monde qu’ils passent complètement à côté de la réalité des autres.

MondeDeRobotsRécemment, je tombe sur cet article sur le mode « les robots ne vont pas prendre ton boulot » qui évoque des annonces de google sur la traduction en temps réel par des intelligence artificielle. Ensuite, sur un mode archi connu et calibré, le monsieur explique que JAMAIS un robot ne traduira aussi bien qu’un humain. Déjà, ça reste à prouver. Mais il en déduit que « tout va bien ahahah les robots sont nos copains, ne vous inquiétez pas ami.e.s traducteurs ».

Oui, sauf que tous les traducteurs ou traductrices ne sont pas payées 30 000 euros pour claquer une nouvelle version d’Ulysse. Qu’une grande partie du boulot consiste à faire de la traduction de documents finalement assez techniques, ou sans grand style. Que les robots sauront très bien traduire, sans relief, mécaniquement.

Et lorsque le donneur d’ordre aura le choix entre un humain et un robot ? Ah tiens, le robot fait de la merde mais il me la fait à 1 centime le mot. Alors soit il prendra le robot, soit il retournera voir le traducteur avec son 10 centimes et lui expliquera qu’il faut baisser. Parce qu’il a une autre option. C’est le principe de l’offre et de la demande…

Dans quel monde vivent ces gens qui peuvent doctement décider pour les autres que « Non, c’est cool » sans penser plus loin que le bout de leur nez.

Dans un domaine peut-être plus proche des journalistes : un robot ne gagnera vraisemblablement jamais le prix Pullitzer, ça n’empêchera pas la qualité de leurs articles d’augmenter. Vous croyez que les tabloïds se demanderont longtemps s’ils doivent payer un humain ou un robot ?

Les travailleurs des fast food qui demandent, honteusement, un salaire minimum de 9$ pour bosser comme des chiens, on leur répond quoi ? On leur sort des fast food qui tournent avec des robots. Même si les 2 millions et demi de travailleurs en fast food aux USA ne se retrouvent pas au chômage du jour au lendemain, vous croyez vraiment que leurs conditions de travail vont s’améliorer ?

Même dans les domaines où les robots ne seront jamais aussi bons qu’un humain, le fait qu’ils soient « presque aussi bons qu’un mauvais humain pour 10 fois moins cher » amènera soit du chômage, soit de la pression salariale. Dans quel monde vivent ces gens qui nous donnent des leçons d’économie mais ne comprennent même pas que si on enlève, en un temps très court, 20% du boulot aux humains pour le filer aux robots, la situation des humains va se dégrader. Oh, je les entends doctement clamer « le progrès technologique a toujours créé plus d’emplois qu’il n’en a détruit ». Oui, c’était vrai mais ça ne l’est plus*. Et quand bien même, la transition, le chômage dans notre monde actuel n’ont rien de sympa.

Bref, ça me gonfle vraiment : avant d’expliquer que la vie sera plus belle pour des gens dont vous ne savez rien – comme moi accessoirement d’ailleurs- essayez un tout petit peu de vous mettre à leur place – ce que je m’efforce toujours de faire. Les robots, dans un monde ultracapitaliste, sont une vraie menace, ou plutôt une arme fantastique pour accélérer la paupérisation de millions de personnes. Si vous doutez que nous vivons dans un monde ultracapitaliste, arrêtez d’écrire des articles sur les robots ou sur quoi que ce soit lié à notre économie.

* Je le prouverai, par trois, dans le prochain article.

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone