On continue la série d’interviews Automne. Après Benjamin Fogel, place à Mélanie, blogueuse. 

Mélanie?

Effectivement, je m’appelle Mélanie, sur internet comme dans la vraie vie, j’ai 17 ans, je viens du sud de la France (Toulouse) et je tiens mon blog littéraire par passion pour la lecture mais aussi pour le partage depuis le 13 mai 2015.

L’évasion Littéraire ?

Ce nom est né à la création de mon blog, il me fallait un nom qui ressemblait à ce que je voulais présenter sur celui-ci, il était évident qu’il serait littéraire et le meilleur moyen de décrire les moments de lectures que les petits comme les grands lecteurs apprécient tant était d’en parler comme d’une évasion à travers les pages, faire abstraction de ce qui est réel le temps d’un livre, ou même de plusieurs, « L’évasion Littéraire » m’a alors semblé évident. C’est un nom que je ne regrette pas et que je trouve simple, efficace et reconnaissable.

Tu as lancé « Je lis les auto-édités« , Ils/elles ont besoin de soutien ?

En effet, les auto-édités sont des auteurs qui peinent à faire connaître leurs livres pour la simple et mauvaise raison que les gens ne sont pas ouverts à ce qui n’a pas de succès dans l’immédiat, or il est évident qu’un auteur indépendant n’étant pas rattaché à une grande maison d’édition a plus de mal à connaître ce succès que les lecteurs recherchent, pour ne pas être déçus et ne pas regretter leurs achats. Beaucoup ne veulent que le meilleur, mais c’est justement là qu’ils font une énorme erreur, tous les livres publiés par des maisons d’éditions ne sont pas nécessairement meilleurs que les livres auto-édités, le contraire est également vrai, mais nous pouvons trouver dans les deux de très bons livres. Mais les gens n’osent pas se lancer et les auteurs auto-édités restent dans l’ombre, ce qui est vraiment regrettable car un grand nombre d’entre eux méritent vraiment de connaître le succès qu’ils n’ont malheureusement pas à cause des lecteurs qui ne leur laissent pas leur chance. Ils ont aussi besoin de soutien dans le sens où ils ne sont pas très connus, promouvoir soi-même son livre n’est pas si simple et beaucoup ne connaissent même pas l’existence de l’auto-édition, c’est justement la que nous autres, blogueurs littéraires, pouvons nous rendre utiles!

Livre d’éditeur classique Vs Autoédité.e* ?

Je pense que ce que le livre d’éditeur classique a de plus que le livre auto-édité, c’est simplement un objet livre plus travaillé, puisque les éditions proposent des services d’impression, de maquette (…) alors que l’auteur auto-édité doit s’en charger lui-même et il n’est pas forcément qualifier pour et ne dispose pas forcément du même matériel (etc…), il est vrai que les livres auto-édités contiennent souvent plus de fautes de frappe que les livres d’édition classique, mais au niveau du contenu, je ne pense pas qu’il y en ai un meilleur que l’autre, tout dépend des goûts, ce n’est pas parce qu’un livre est retenu et édité par une édition qu’il va forcément plaire à tout le monde.

Pour découvrir des autoédités, tu fais comment ?

Je fonctionne beaucoup avec les réseaux sociaux comme twitter et instagram, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est très important pour les auteurs d’être présents sur les réseaux sociaux afin de pouvoir échanger directement avec les lecteurs, j’en découvre énormément en tombant sur les pages des auteurs, en discutant avec eux, attirée par une couverture, simplement parce que j’ai vu tel ou tel livre sur un blog, si une personne m’en a parlé ou encore par les recommandations Amazon…

Une préférence ?

Ne citer qu’un livre me paraît beaucoup trop compliqué, mais j’ai adoré « Question de temps » de Link, « Yggdrasil » de Myriam Caillonneau, « La rumeur » de Solenne Hernandez, « Habeas Corpus » de Victor Boissel… Des livres très originaux que j’ai vraiment beaucoup aimés, il y en a pour tous les goûts.

Le roman et le lecteur de roman vont disparaître pense Philip Roth. Un avis ?

Je pense que c’est totalement faux! Le lecteur est bien loin d’être une espèce en voie de disparition! Il n’y a qu’à regarder dans les transports en communs, les gens lisent, pour faire passer le temps ou comme je le disais, pour s’évader, nous vivons dans une société ou le stress et l’anxiété sont très présents, chacun à ses propres problèmes et fuir la réalité un moment est très recherché. De nos jours nous pouvons trouver tous les sujets possibles et imaginables dans les livres, il y en a pour tous les goûts et chacun peut trouver ce qui lui plaît, si le format est au coeur des débats (le numérique qui remplacerait le papier…), l’existence même du roman n’est pas remise en question, loin de la. La communauté littéraire dans le monde entier en est la preuve (Les blogs, booktubes, bookstagram…), le roman ne s’essouffle pas et toutes les générations lisent. Avez-vous lu Fahrenheit 451 de Ray Bradbury? Un tel monde n’existera jamais, pour notre plus grand bonheur. 

Parler livre sur Instagram, ça marche ?

Plus pour certains que pour d’autres, pour ma part, je ne suis pas forcément très influente sur instagram par rapport à d’autres (1000 abonnés environ) mais c’est un réseau social que j’adore, j’accorde beaucoup d’importance à la couverture des livres (même si je sais qu’il ne sert à rien de juger un livre à sa couverture) et beaucoup sont vraiment très doués pour les mettre en scène et font de très belles photos qui donnent bien souvent envie d’en savoir plus sur les livres présentés. De plus c’est un moyen simple et rapide pour échanger avec d’autres passionné(e)s de lectures. Je fais beaucoup de très belles découvertes grâce à instagram.

Des envies d’écriture ?

Souvent, mais je ne m’en sens absolument pas capable et je n’ai ni le temps, ni le talent, ni l’inspiration. J’admire les auteurs. 🙂 

Un livre inconnu à nous faire découvrir ?

C’est naturellement vers l’auto-édition que je me tourne, puisqu’inconnus, et pour ne pas reciter les mêmes que précédemment, je dirai « Forever Young » de Charlotte Orcival.

Un.e auteur.e inconnu.e à nous faire découvrir ?

Nico Bally, peut-être pas inconnu, mais un auteur que j’apprécie.

Une question qu’on ne t’a jamais posée ?

C’est peut-être parce qu’on ne me l’a jamais posé qu’elle ne me viens pas à l’esprit. 🙂 
Pas de proposition d’interview suivante pour Mélanie que vous pouvez retrouver sur twitter et instagram. La sérendipité fait un premier arrêt par ici. Qu’à cela ne tienne, prochaine interview ? L’équipe de La Piscine sur une idée de Thierry Crouzet !
PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone