La série d’interviews Automne reprend. Après un petit saut dans La piscine, on continue avec Arnaud de Scribay, un site dédié aux écrivains. Un site que j’utilise de manière régulière pour tester les nouvelles noires et corriger les dernières fautes.

Arnaud Lavalade ?

Oui ?

Pourquoi Scribay ?

Nous pensons que tout le monde porte une œuvre en soi. Tout le monde. Et l’objectif de Scribay est d’offrir le meilleur environnement possible pour faire naître cette œuvre. C’est pourquoi la plateforme a été pensée pour amener chacun à trouver l’inspiration, écrire et progresser au sein d’une communauté bienveillante.

Ce qui fonctionne le mieux sur la plateforme ?

Scribay a été conçu comme un écosystème dédié à l’écriture. Sur Scribay, vous pouvez écrire un roman complet grâce à une collection d’outils vous accompagnant de l’idée originale à la phase de relecture et de correction.

La plupart des nouveaux sites et des nouvelles applications sont « monofonctionnels ». Ces offres sont minimalistes, encouragent une utilisation simple et laissent l’utilisateur se concentrer sur un nombre très réduit de possibilités. Et rien n’est basé sur le temps long ou même la sérendipité. Tout doit aller vite, tout doit vous emmener d’un point A à un point B, et votre temps de cerveau disponible doit être exploité au maximum.

Scribay est à rebours de cette tendance. Nous l’avons conçu comme un écosystème, un système complexe. Un tel projet est bien plus vaste et difficile à imaginer, à construire et à entretenir. Malgré tout, cela fonctionne et c’est une très belle réussite à nos yeux !

Certains aménagent des allées à sens unique décorées de publicités et débouchant sur un magasin. Nous venons de bâtir une petite ville aux interactions complexes et à la vie foisonnante. C’est bien plus risqué, mais nous sommes très heureux des résultats obtenus jusqu’à présent.

Ce qui fonctionne moins bien ?

Scribay n’est pas assez reconnu. Et pour cause : nous avons passé des années à bâtir la plateforme de nos rêves et notre travail est désormais de la faire connaître ! Aujourd’hui, Scribay compte déjà 13 000 membres et sa communauté continue de s’étendre. Nous passons à la vitesse supérieure.

Comment est née cette idée de trier les auteurs en fonction de leur altruisme ?

Elle est venue naturellement alors que nous nous demandions quels comportements devaient être valorisés et encouragés sur Scribay.

De nombreuses plateformes mettent en avant les membres ou les contenus les plus populaires. La visibilité appelle la visibilité. C’est un phénomène d’autorenforcement favorisant ceux qui ont déjà le plus d’amis, de contacts ou qui font tout pour être populaires. En général, ce qui fait vivre ces plateformes est la publicité ou la réutilisation de données personnelles. Ils ont donc tout intérêt à privilégier tout ce qui génère ce trafic et à capitaliser sur ces comportements.

Nous voulions autre chose. Sur Scribay, les membres les plus visibles sont aussi ceux qui s’investissent le plus dans la communauté, d’une façon ou d’une autre. C’est ce qui fait vivre la plateforme : l’envie de progresser et de faire progresser.

Vous venez de lancer un abonnement premium. Vous pouvez nous en dire plus ?

Scribay Premium réunit une collection d’outils consacrés à l’écriture d’un premier roman. Chacun de ses aspects a été pensé pour répondre aux besoins d’auteurs débutants ou de personnes ayant toujours rêvé d’écrire sans jamais oser se lancer.

Le cœur de l’offre est un parcours narratif permettant à tout le monde d’écrire son roman de la première à la dernière ligne au fil d’une succession de courtes étapes. L’auteur est alors accompagné par de nombreuses indications et des vidéos afin d’avancer pas à pas dans son aventure.

L’une des pierres angulaires de Scribay Premium est la possibilité de se fixer un programme d’écriture avec des objectifs quotidiens et hebdomadaires. Chacun peut également recevoir des conseils et un programme personnalisé sur demande.
Ce système facilite le travail dans la durée, le temps long, les avancées pas à pas dans ses projets. En résumé, son objectif est de lutter contre trois fléaux contemporains : la procrastination, la dispersion et l’impatience !

Scribay Premium comprend également l’équivalent d’une salle de sport pour écrivains grâce à un module d’entraînement. Ce module permet de s’exercer durant de très courtes séances d’écriture. Chacun peut ainsi muscler sa capacité à trouver l’inspiration et à raconter des histoires.

Dans le même esprit, les auteurs le souhaitant peuvent aussi réécrire des histoires à partir de canevas de récits reconnus. L’adaptation est une tradition littéraire et nous tenions à la remettre au goût du jour.

Scribay Premium est donc une offre à la croisée des arts et de la technologie. Et l’une des fonctionnalités reflétant le plus cet aspect est l’analyseur stylistique ! Lors d’une relecture, cet outil relève des éléments-clés dans le style d’un auteur. Il produit également des analyses statistiques sur ses textes.

Son but n’est pas d’expliquer comment écrire, mais plutôt d’offrir un autre regard sur son style. Grâce à lui, un auteur peut ainsi mieux se connaître, progresser et explorer différemment ses propres capacités.

Par exemple, l’analyseur stylistique relève les adverbes en –ment, parce qu’ils peuvent alourdir un texte et nuire à sa lisibilité. Pour autant, ce n’est pas un appel à diminuer le nombre d’adverbes, mais plutôt un moyen de faire prendre conscience à l’auteur que leur utilisation abusive peut peser sur son style.

Le roman et le lecteur de romans vont disparaître pense Philip Roth. Un avis ?

Certaines tendances inquiètent depuis longtemps de nombreux observateurs et amoureux des lettres. La capacité de concentration d’une partie croissante de la population est en chute libre. L’introspection nécessaire à la lecture silencieuse est peu valorisée. L’importance donnée au temps long et à l’effort sur la durée est mise à mal dans notre société de l’immédiateté. Et tout cela menace le roman : sa lecture, mais aussi son écriture.

Oui, ces menaces existent. Non, ça n’est pas à cause de l’évolution technologique du monde, mais plutôt en raison de l’utilisation spécifique de ces technologies par certaines organisations et certains individus. La réduction de votre capacité de concentration n’est pas un dommage collatéral : c’est le projet social de certaines entreprises.

Mais je reste très optimiste sur l’avenir du roman. Rien n’est perdu et nous pouvons avancer à contre-courant de ces tendances. C’est le projet de Scribay, mais nous sommes nombreux à penser que les individus peuvent réapprendre à se concentrer, à profiter du temps long, à apprécier le silence et l’effort dans la durée.

Neil Jomunsi, Thierry Crouzet et beaucoup d’autres ont ralenti leur activité sur les réseaux sociaux qui semblent s’atrophier. Vous partagez ce constat ou pas ?

Je ne partage pas le constat selon lequel les réseaux sociaux s’atrophient. Au contraire : l’activité des plateformes s’intensifie, lorsqu’on les prend dans leur globalité.

Par contre, je suis d’accord avec un constat que l’on retrouve souvent chez Neil Jomunsi et Thierry Crouzet : les plateformes ne sont jamais neutres. Les plateformes sont le fruit d’une vision portée par leurs créateurs et tous leurs aspects sont pensés au service d’un objectif.

L’industrie du livre a-t-elle un avenir (en tant qu’industrie) ?

Bien entendu. L’industrie du livre a déjà connu de nombreux bouleversements et cela ne devrait pas s’arrêter. Le mauvais réflexe serait de croire que le monde peut rester figé.

Vous lisez ce qui se publie sur Scribay ?

Au début, nous lisions toutes les œuvres ! Avec Manuel, nous nous passions des coups de fil et des SMS pour en parler. Mettez-vous à notre place ! Nous étions très excités par l’activité naissante du site ! Nous étions surtout attentifs aux réponses aux défis littéraires. C’est une production originale et propre à Scribay. À l’époque, beaucoup pensaient qu’un tel système était absurde et voué à l’échec. Aujourd’hui, les réponses à un défi composent environ un tiers des 25 000 publications du site !

La communauté s’est étendue et nous ne pouvons plus nous permettre de tout lire. Nous continuons à suivre des auteurs et des œuvres, mais nous gardons cela pour nous.

Vous lisez encore ailleurs que sur Scribay ?

C’est même indispensable ! J’ai énormément de chance car je peux conjuguer ma vie professionnelle et mes passions.

Un livre inconnu à nous faire découvrir ?

Les seuls livres inconnus, ce sont ceux qui n’existent pas encore et ceux qui sont tombés dans l’oubli.

Mon travail, c’est d’inviter chacun à faire naître les livres appartenant à la première catégorie. Le livre inconnu, c’est celui que vous n’avez pas encore écrit.

Un.e auteur.e inconnu.e à nous faire découvrir ?

L’auteur inconnu est celui qui n’a pas encore écrit son roman. Si l’un de vos lecteurs souhaite en découvrir un, il peut prendre un papier et un stylo, ouvrir son traitement de texte préféré ou s’inscrire à Scribay. C’est aussi mon travail : inviter chacun à révéler l’auteur qui est en soi.

Et si vous souhaitez lire des auteurs au public réduit, je n’en ai pas un à vous faire découvrir, mais plusieurs milliers. Rendez-vous sur Scribay. Explorez ce qui peut y être produit. Lancez des défis littéraires. Stimulez et aidez des auteurs à se dépasser. Vous pouvez aider à façonner des œuvres et vous pouvez aider un auteur à progresser. Vous pouvez adopter une autre approche de la littérature en vous intéressant à celle qui est en train de se construire.

Une question qu’on ne vous a jamais posée ?

Jusqu’où vos valeurs sont présentes dans votre travail et vos créations ? Je pense qu’on peut demander cela à tous les artistes, inventeurs, artisans, chefs d’entreprises ou salariés.

Pour revenir à l’une de vos questions : lorsque nous choisissons de mettre en avant l’altruisme de certains membres, ça n’est pas neutre. Nous faisons la promotion de certains comportements. C’est toujours perfectible, mais nous savons que nous sommes sur la bonne voie. Toutes les fonctionnalités de Scribay ont été pensées selon nos valeurs : élever le niveau, promouvoir la bienveillance ou même décomplexer l’acte créatif.

Et plus les enjeux deviennent importants, plus ces choix sont difficiles.

Pourquoi avoir créé une plateforme sans publicité alors que Scribay aurait pu profiter d’une certaine manne financière grâce à cela ? La manière dont vous gagnez votre vie n’est jamais neutre. Miser sur la publicité pour vivre et se développer, c’est aussi miser sur l’exploitation des données personnelles, sur le fractionnement de l’attention et sur l’épuisement de la concentration des individus. C’est aussi concevoir différemment votre site. Nous n’avions pas envie de cela.

Le développement de Scribay Premium a pris plus de temps que la simple création d’espaces publicitaires sur Scribay. Nos ambitions sont bien plus risquées, aussi. Mais nous savions que nous devions le faire de cette façon. C’est la voie qui nous correspond.

La question qu’on n’a jamais posée à Blaise Jourdan : « Quel est le roman que tu aurais aimé avoir écrit, et après lequel tu aurais estimé que plus rien ne pouvait t’arriver ? »

Aucun. De nombreuses œuvres me donnent le vertige ou résonnent en moi. Mais je n’ai jamais trouvé mon « roman idéal », celui que j’aurais aimé avoir écrit, pour reprendre les mots de Blaise Jourdan.

Et je n’imagine pas pouvoir dépasser l’envie d’écrire ou de lire. L’écriture et la lecture peuvent nous accompagner jusqu’à notre mort. Il n’y a pas de sommet à atteindre, pas de ligne d’arrivée après laquelle on peut passer à autre chose. C’est un voyage sans fin.

Cette série d’interviews repose sur la sérendipité. J’interviewe qui après ? Vous pouvez mettre deux ou trois personnes (et une question à leur poser si vous le souhaitez).

Je peux vous proposer une expérience : publiez directement sur Scribay votre questionnaire et traitez chaque répondant comme vous traitez les auteurs que vous invitez sur votre blog.

Wow. Je n’avais pas prévu une réponse ou une proposition comme ça. Ça risque de faire beaucoup. Mais je le ferai surement pour quelques uns. Je vais proposer quelque chose en tous cas. Merci à l’équipe de Scribay qui fait un super travail.

PartagerTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone